Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr

Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr

Antoinette Fouque, une militante sur toute la planète

Antoinette Fouque (Telerama) s’est engagée dans dans tous les combats pour les droits des femmes. Le Collège de Féminologie, l’Observatoire de la Misogynie et le Club Parité 2000 ont été créés par cette militante. La militante intervient aux Nations Unies et partout dans le monde pour prendre la défense des femmes. Lors d'une manifestation du MLF sous l'Arc de Triomphe, Antoinette Fouque clame : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ».

Antoinette Fouque s'est d'abord lancée dans l'enseignement après des études supérieures en Lettres. En 1972, Antoinette Fouque participe à des débats sur la sexualité féminine sous la houlette de Luce Irigaray, psychanaliste féministe. Le saviez-vous ? C’est elle qui a fondé le groupe Psychanalyse et Politique, l'un des courants du Mouvement de libération des femmes.

Antoinette Fouque, la mère de la féminologie

Elle est à l'initiative du livre "Le dictionnaire universelle des créatrices", qui met en lumière 40 siècles de création des femmes. Antoinette Fouque n'était pas réellement sur la même ligne que Simone de Beauvoir et ce que cette dernière défend dans "Le deuxième sexe". Ce qu'elle appelle la féminologie, l'écrivaine l'explique dans les pages de plusieurs ouvrages. Naturellement, Antoinette Fouque a prêté sa plume à plusieurs livres collectifs tels que "Génération MLF 1968-2008" ou "Mémoire de femme 1974-2004".

Antoinette Fouque, de la cité phocéenne à la capitale

C'est à Marseille qu'Antoinette Fouque a vu le jour Antoinette Fouque suit d'abord ses études en région PACA avant de s'installer à Paris pour ses études de Lettres. La Marseillaise se marie avec René Fouque alors qu’elle est étudiante. C'est dans un quartier défavorisé de Marseille que se déroule son enfance.